Un dimanche de Pâques

Carte paques

Un dimanche de Pâques à Legé

 Pâques, la première grande fête religieuse de l'année, annonciatrice du printemps. Après trois jours de repentance faire ses Pâques étaient une obligation pour les catholiques. Tout le monde se mettaient sur son 31. L'occasion pour les dames de la bonne société d'arborer leur tenue de printemps, robe neuve à la dernière mode avec gants et chapeaux assortis. Elles remontaient la nef de l'église jusqu'à leur banc sous le regard critique de l'assemblée. Les hommes en costume-cravates,  le chapeau à la main  assistaient à la grand-messe, une fois n'est pas coutume.
Le choeur de l'église n'était pas en reste. Les autels resplendissaient dans leur décor généreusement fleuri, notamment le grand autel où officiait le prêtre ce jour là. Il arrivait dans ses habits dorés suivi de sa cohorte d'enfants de coeur en aube rouge et surplis blanc. L'orgue accompagnait la chorale, la foule reprenait avec ferveur les chants en suivant les gestes démultipliés du chef de choeur. 

Après une heure et demi, enfin le prêtre libérait les fidèles qui se regroupaient sur le parvis de l'église pour échanger les nouvelles, commenter les tenues en attendant de déguster le traditionnel gigot agneau. 
Les cloches aussi s'en donnaient à coeur joie après 3 jours de silence. Au moins 20 minutes avant le début de l'office, de la plus petite à la plus grosse, elles carillonnaient à en predre haleine, Enfin c'étaient plutôt les sonneurs qui à force de tirer sur les cordes perdaient leur souffle. 

Et dire que l'on y croyait quand on nous disait qu'elles étaient parties à Rome chercher les oeufs qu'elles laissaient tomber dans les jardins en revenant. La chasse alors commençait.